Prendre l'initiative de faire se rencontrer les responsables

La diversité  bien vécue à l'échelle d'une ville dépend de la coopération de tous et du leadership de quelques uns. Les leaders représentatifs des communautés peuvent être réunis pour  préparer ou continuer des opérations de vivre ensemble, car l'harmonie, toujours fragile, risque fort de diminuer si l'on ne s'en occupe pas activement comme le fait remarquer  le Dr Kodabaccus, Lord-Maire de Port Louis. Encore faut-il réunir les bonnes personnes, savoir créer du lien authentique et pas seulement politique, faire preuve d'empathie. Ce sont ces thèmes qui sont abordés dans ce premier chapitre.

Constituer un Groupe leader

Constituer un groupe leader pour un projet "diversité" est un travail préparatoire clé : c'est généralement ce groupe qui sera à l'initiative de la réalisation du projet. Encore faut-il qu'en amont, les participants soient vraiment parties prenantes.

Pour cela, il faut qu'ils répondent à plusieurs critères, notamment :

  • que les participants soient représentatifs des populations concernées ou des organisations,
  • qu'ils soient légitimes,
  • qu'ils aient un réel pouvoir,
  • qu'ils soient compétents.

Le conseil général du Val-de-Marne propose le schéma ci-dessus pour repérer l'ensemble des parties prenantes et définir ce qui est attendu, dans le cadre d'un processus de concertation et dont on pourra  s'inspirer.

Étape 1

Identifier  l’ensemble  des  acteurs  institutionnels  ou  non,  collectifs  ou  individuels  qui,  parce  qu’ils  sont  concernés à  un  titre  ou  un  autre  par  un  projet, pourraient être sollicités et informés.

Étape 2

Faire la liste la plus exhaustive possible des  interlocuteurs  qui  semblent  être des «  parties  prenantes  potentielles ». L’équipe portant le projet devra définir qui elle souhaite inviter dans le processus de concertation.

Étape 3

Identifier  les  jeux  d’acteurs.  En  effet, les  interlocuteurs  identifiés  dans  le schéma  occupent  des  positions  différentes,  ont  des  pouvoirs  d’influence et  des  attentes  diverses  quant  à  la concertation.  Les  acteurs  s’y  trouvent dans  un  système  d’action  complexe, où  leurs  intérêts  peuvent  être  contradictoires.

Étape  4

Établir  une  typologie  d’acteurs.  Il  est important de distinguer :

  • les acteurs professionnels (par exemple  les  agents  administratifs,  les prestataires  techniques) et  les  acteurs non professionnels (des militants associatifs, des usagers…)
  • les acteurs collectifs (un responsable d’association  de  locataires,  des  représentants syndicaux…)
  • les  acteurs  individuels  (un  riverain non  engagé  dans  une  association  de riverains, un usager…).

Étape  5

Calibrer le type de concertation. L’équipe projet  devra  notamment  arbitrer  des objectifs  attendus  du  processus  de concertation :

  • Est-il souhaitable de favoriser une participation « institutionnelle » ou de rechercher les avis moins connus ?
  • Que sait-on déjà de leurs positions, attentes ou demandes ? Les réponses déterminent les acteurs à inviter en priorité et donnent des indications  sur  les  méthodes  à  privilégier pour organiser la concertation.

On découvrira dans le "Guide de la gestion participative à l'attention des collectivités locales" (AIMF - Juin 2012) des éléments utiles pour compléter cette fiche