Faire de l'éducation un facteur de diversité réussie

Samy Kanaan, Vice-Maire de Genève et Jean-Claude Kouassi, Président du Conseil général de Bouaké, sont formels comme tant d'autres Maires : c'est l'éducation qui est le facteur clé de l'intégration.

La construction de l'identité d'une personne se fait jeune, par l'acquisition de la langue, le partage de connaissances communes et le brassage des populations dans un même lieu, à savoir l'école.  Les responsables  de l'éducation favorisent  un climat bienveillant et fraternel par des attitudes appropriées qui sont ici présentées.

Un texte court du philosophe Michel Serres exprime comment une culture de la diversité constitue la personne elle même dans sa richesse.

Marie de Barthès, Université de Mc Gill, Montréal

Les relations entre enfants et adolescents à l'école comme dans des centres sportifs et artistiques peuvent être dures, en rejet de celui qui est différent, jusqu'à en faire un bouc émissaire. Dans une période de construction d'identité, un individu a souvent l'instinct de se regrouper avec des personnes qui lui ressemblent, pour pouvoir se retrouver, ce qui peut créer des attitudes de ségrégation et de fermeture dès le plus jeune âge.

L'apprentissage de l'ouverture à l'autre et à la différence est rendu encore plus difficile lorsque la classe traditionnelle exclue la diversité à travers le contenu des cours et les pratiques d'enseignement. Dans nos sociétés libérales, l'éducation a tendance à se baser sur des valeurs telles que la compétition et la performance individuelle, particulièrement encouragées par l'idéologie sportive. Le problème, c'est que ces valeurs peuvent aller à l'encontre de l'intégration de la diversité des élèves et leur réussite collective.

Cependant ce n'est pas au nom de la tolérance qu'il faut admettre l'intolérable. C'est pourquoi les éducateurs se doivent de poser des principes communs lors de l'éducation et la socialisation des jeunes afin de permettre l'ouverture et le respect envers l'autre. La diversité ne peut s'exprimer que sur un socle commun de valeurs. Comme l'explique Raphaël Einthoven : « Plutôt que chercher ce qui nous ressemble, il faut chercher ce qui nous rassemble ».

Le problème de la violence est croissant et les classes comprennent de plus en plus de diversité culturelle et religieuse, ce qui fait de l'intégration de la diversité par l'éducation un véritable enjeu, mais aussi un défi : un enseignement unique qui traite tous les élèves à titre égal tout en respectant leur diversité.

La promotion de la diversité à l'école

Le personnel enseignant

Les professeurs doivent harmoniser le respect de la diversité et l'adhésion de tous les élèves à des valeurs communes.

Ils peuvent porter des idées sur les caractéristiques des groupes sociaux et culturels qui ne leur sont pas familiers.

Il existe donc un besoin de proposer aux professeurs des formations sur comment gérer la diversité d'une classe ou d'une équipe.

Ces formations doivent les préparer à appliquer une pédagogie intégrant la diversité du groupe afin d'éradiquer les stéréotypes et autres dynamiques discriminatoires.

Les professeurs doivent se rendre compte de la légitimité de l'héritage culturel des différents groupes ethniques, à la fois comme affectant la disposition des élèves à apprendre et comme une richesse à utiliser et promouvoir durant la classe elle même.

Le personnel enseignant ne doit pas ignorer les problèmes liés à la différence culturelle, mais utiliser les conflits comme des supports pour l'apprentissage.

Le contenu des cours

Un cours qui reflète uniquement l'expérience de la culture dominante a tendance à perpétuer l'ignorance voire l'intolérance de l'autre en général et peut exclure les élèves en minorité culturelle car ils ne se sentent pas représentés.

C'est pourquoi le contenu des cours doit inclure des savoirs et perspectives multiculturels, en particulier dans les sciences humaines (l'histoire, la sociologie, l'anthropologie…etc.). Parallèlement, le cours doit respecter les différentes épistémologies possibles. C'est-à-dire : chacun a une vision du monde différente et le savoir de chaque population est construit selon cette perspective. Par exemple, un Canadien natif n'aura sans doute pas le même « savoir » au sujet de l'environnement qu'un canadien d'origine européenne.

L'apprentissage linguistique est lui aussi crucial.

Comme le remarque Samy Kanaan, Maire de Genève, il est important d'avoir un rayon étranger dans les ludothèques/bibliothèques de quartiers et des écoles.
Un cours doit encourager les compétences et savoirs multiculturels. Par exemple, établir un projet de danse ethnique lors d'une festivité à l'école, en puisant dans l'héritage culturel des jeunes.
Cela permet la découverte de la richesse des cultures réciproques ; les parents peuvent eux aussi être impliqués.

Le travail d'équipe

En plus d'être l'opportunité pour les élèves de coopérer et d'aller à la rencontre de l'Autre, l'apprentissage du travail d'équipe dans la diversité est un enjeu de taille, étant donné que la qualité des décisions dans un contexte multiculturel augmente par rapport à un contexte monoculturel. Encadrer un travail en équipe comprend :

  • Encourager l'écoute entre élèves et nourrir le respect pour les points de vues différents
  • Encourager les élèves à communiquer si cela produit des sentiments de gêne, tout en leur apprenant à faire la distinction entre gêne personnelle et désaccord intellectuel
  • Développer leur capacité à se remettre en question et à être remis en question au moyen du jugement critique
  • Encourager la participation équitable dans la classe en tenant un carnet de la participation des élèves par exemple, en augmentant le temps d'attente après la question posée pour donner une chance aux élèves les moins assurés
  • Modifier le plan de classe pour supprimer la ségrégation potentielle dans la classe.

La promotion de la diversité par le sport et les arts

Par la musique et le sport, les participants peuvent arriver à un stade de développement qui leur est propre, accèdent à des opportunités d'apprentissage social ainsi que d'un espace de rencontres interculturelles.

La musique

Daniel Barenboïm est à la tête d'un orchestre composé de jeunes musiciens israéliens, palestiniens et arabes (juifs, musulmans et chrétiens). L'objectif est non seulement qu'ils apprennent la musique, mais également qu'ils parviennent à passer au-dessus de la méfiance et de la haine, et qu'ils acceptent le passé des autres. Cet orchestre est l'expression de la force universelle de la musique pour la cohabitation pacifique des peuples.

L'Orchestre Simon Bolivar, lui, regroupe des jeunes musiciens pour la plupart issus des classes populaires, avec la conviction éthique d'améliorer la réalité sociale. Les tournées à l'étranger ont enchaîné les succès, et cet exemple à été le départ de la création spontanée d'un vaste réseau d'orchestres d'enfants et de jeunes. Cela a donné naissance à plus de 200 orchestres dans le pays.

Le sport

La particularité du sport, C'est que le statut des minorités est le même que celui de la majorité. Les athlètes visent tous un but commun et doivent obéir aux mêmes règles.

Le sport est donc un espace de rencontres, dans lequel peuvent se pratiquer des valeurs telles que le respect, la tolérance, l'esprit d'équipe, l'esprit sportif, etc.

Le sport organisé doit élaborer des stratégies de participation des minorités culturelles, ainsi que de compréhension de l'histoire culturelle respective de chaque partie de la population, et permettre ainsi une résolution des conflits fondée sur la communication.

Des mesures

Avoir des agents culturels favorisant l'accès aux structures sportives aux personnes en minorité culturelles, capables de dépasser les barrières possibles de la langue.

Des cours d'apprentissage interculturel pour toutes les parties prenantes. Cela afin de permettre aux intéressés de travailler avec des gens dont ils comprennent les peurs et les préjudices subis.

Mettre à disposition de personnes provenant de différentes cultures des postes de moniteurs, entraîneurs, agents culturels ou administrateurs dans les organisations sportives, afin qu'ils servent de modèle de rôle aux membres de leurs groupes ethniques et représentent leurs intérêts.

Sensibilisation aux phénomènes de discrimination et de racisme dans le sport.